Structure

BONE Structure : Un meccano grandeur nature

Journal MÉTRO, Mars 2010

Une maison sans clou et sans mur porteur, c’est possible! Le secret réside dans une structure en acier léger, qui s’assemble à la façon d’un meuble Ikea. Un jeu de meccano, fabriqué de façon industrielle avec une très grande précision.

Le concept se veut innovateur puisque les maisons québécoises sont traditionnellement construites en bois. Certaines personnes ont toutefois remis en question ce qui semblait acquis, et, après quelques années de réflexion, BONE Struc­ture a vu le jour en 2005.

Un squelette d’acier
«La structure, c’est ce qu’il y a de plus important et c’est ce qui a été négligé dans le développement de l’industrie», explique Marc-André Bovet, président de BONE Structure, qui a choisi de miser sur une ossature d’acier ancrée dans une semelle de béton. M. Bovet et son équipe se sont inspirés de l’industrie aérospatiale pour une conception assistée par ordinateur.

En industrialisant ainsi la fabrication des pièces, il ne reste plus qu’à les assembler sur place. «Le système a été conçu pour pouvoir se monter à mains d’hommes et ne demande pas d’équipement lourd», indique M. Bovet. Tout est planifié, jus­qu’aux solives préperforées pour le filage et la tuyauterie. En prévoyant déjà les espaces pour le plombier et l’électricien, il n’y a aucune coupe dans l’ossature afin d’éviter d’affaiblir cette dernière ou d’endommager l’isolation.

Un concept au service de la créativité
Sur ce squelette de métal, il est possible d’ajouter le revêtement extérieur souhaité: bois, aluminium, maçonnerie. Ce dispositif permet une grande liberté architecturale et une fenestration des plus généreuses puisqu’il n’y a aucun mur porteur.  L’espace est ainsi pleinement exploitable et peut facilement être modifié. «C’est une maison évolutive. Avec la même structure, on peut faire des maisons complètement différentes», précise le président de l’entreprise. De plus, les habitations peuvent compter jusqu’à quatre étages, ce qui permet de concevoir des immeubles multirésidentiels.

L’écologie dans la peau
Le concept se veut aussi écologique. «On n’essaie pas d’être à la mode, c’est imbriqué dans notre culture, affirme M. Bovet. Exemple : l’acier qu’on utilise est composé de 40 à 60?% d’acier recyclé, et c’est le seul matériau recyclable à 100 % sur un chantier de construction.» L’isolation est assurée par une mousse de polyuréthanne à base de soja (qui remplace en partie les huiles pétrochimiques) qui est injectée à la grandeur du bâtiment.

«C’est ce qui nous permet de dépasser toutes les normes, par exemple Novoclimat», ajoute M. Bovet. Pourtant, les constructions de BONE Structure ne possèdent pas de certification. «Il en existe tellement que les consommateurs ne s’y retrouvent plus. Ce n’est que du marketing, et il faut payer pour les obtenir, ajoute le président. Je ne suis pas contre, car l’intention est d’élever la barre, mais logiquement on n’en aurait pas besoin si la maison était bien faite depuis le début!» C’est le pari de BONE Structure.

Les prix
BONE Structure propose un modèle de 1 300 pi2 (finition intérieure comprise, à partir de 259 000 $). Il faut compter au moins 60 $ le pied carré pour l’enveloppe BONE Structure (qui inclut la structure d’acier pour murs, planchers et toiture, l’isolation, les portes et les fenêtres et le pré-plancher). L’entreprise précise toutefois sur son site internet : «Nous ne sommes pas des adeptes du coût au pied carré pour une maison finie, un indicateur beaucoup trop approximatif à notre goût.»

Journal MÉTRO, Mars 2010 | Lire l’article en ligne.