Comment prévenir la condensation

Comment prévenir la condensation sur les fenêtres

De la condensation dans les fenêtres de votre maison neuve? Nous attribuons souvent le problème à la qualité des fenêtres, mais ce n’est pas le seul facteur expliquant la situation.

La condensation est un phénomène fréquent dans plusieurs maisons. Dans cet article, découvrez 4 facteurs expliquant la condensation que vous retrouvez dans vos fenêtres à la maison.

Comment se produit la condensation

Dans le but de comprendre le phénomène de condensation, il est important de comprendre le mouvement de l’air. Ce dernier est en fait un gaz dont la densité varie selon la température, étant moins dense à haute température, cela lui permet de contenir davantage de vapeur d’eau que l’air froid. La condensation survient lorsque l’air chaud chargé en vapeur d’eau est mis en contact avec une surface froide qui fait alors diminuer rapidement la température de l’air pour ainsi condenser la vapeur d’eau sur cette surface. Considérant que les surfaces vitrées sont les zones dont l’isolation est la plus faible de l’habitation, le phénomène de condensation apparaît donc à cet endroit en premier temps. L’apparition de ce phénomène sur les fenestrations est directement lié aux facteurs suivants;

  • Température extérieure;
  • Température intérieure;
  • Humidité relative intérieur;
  • Indice de condensation qui caractérise le type de fenestration.

Parmi l’ensemble de ces quatre facteurs, les seuls qui peuvent être contrôlés par l’occupant sont l’humidité relative et la température intérieure. Par chance, si vous planifiez la construction d’une nouvelle maison ou de rénovation prochainement, vous aurez l’opportunité de choisir des fenêtres réduisant le risque de condensation et d’humidité. Si ces changements ne font pas parti de vos plans, dus aux faits que la température intérieure est généralement stabilisée aux alentours de 20°C, il faut davantage se concentrer sur le contrôle de l’humidité relative qui apporte davantage de résultat. Il est donc primordial pour l’occupant de bien contrôler l’humidité relative.

 Projet 15-461

Surveillez l’indice de condensation de vos futures fenêtres

L’indice de condensation permet de catégoriser les différents types de fenestration. Celui-ci est déterminé en laboratoire dans des conditions contrôlées et spécifiques afin de refléter de façon consistante la résistance à la condensation des différents modèles de porte et fenêtre. Plus l’indice est élevé, meilleur est sa résistance à la condensation donc à l’opposé plus il est faible moins il résiste. L’indice de condensation permet de bien cibler le type de fenêtre en fonction des conditions climatiques de la région donnée. Vous trouverez ci-dessous les valeurs des indices de condensation pour la gamme de produit de portes et fenêtres en aluminium de BONE Structure. L’ensemble des valeurs montrées ci-dessous ont été obtenues suite à des essais en laboratoire par la firme AIR-INS selon les normes de l’industrie.

Indice de Condensation Fenêtres

Valeur d’humidité relative recherchée

L’association canadienne de normalisation a publié en 2003 le graphique montré ci-dessous montrant l’indice de condensation répartit en fonction de l’humidité relative pour une température extérieure hivernale donnée et une température intérieure de 20°C.

Indice de condensation répartit en fonction de l’humidité relative

Le graphique ci-dessus montre que pour un indice de température donné (par exemple 50) ainsi qu’une température hivernale donnée (par ex. -25), le pourcentage d’humidité relative ambiant doit être abaissé sous 22% afin d’éviter tout risque de condensation. On peut comprendre que plus la température hivernale d’une région donnée n’est basse, plus l’humidité relative de l’air ambiant ne doit être faible afin d’éviter le phénomène de condensation. Dans la littérature, il existe plusieurs organismes qui recommandent différentes plages d’humidité relative à maintenir dans une habitation. Voici les recommandations les plus pertinentes du milieu;

  • La société canadienne d’hypothèque et de logement (SCHL) recommande pour la période hivernale l’humidité relative doit se situer entre 30 et 50%. Alors que lorsque la température est inférieur à -10 °C, il est plutôt recommandé de maintenir une humidité relative d’environ 30%.
  • Santé Canada recommande quant à lui de maintenir un taux d’humidité de près de 50 % durant l’été et de 30 % durant l’hiver.
  • Selon la compagnie d’assurance de la banque du Canada, le pourcentage d’humidité relative d’une maison saine devrait se situer aux alentours de 50 % durant l’été et de 30 % durant l’hiver.
  • Selon Équiterre, un organisme sans but lucratif, le degré d’humidité doit se situer entre 30 % et 50 % l’hiver; plutôt 30 % les jours plus froids et 50 % les jours plus doux.
  • Selon le magasine Québécois La Maison du 21ieme siècle, en hiver, l’humidité relative ne devrait pas excéder 45 % pour prévenir la prolifération de bactéries, de virus et de moisissures, et il est normal qu’elle se situe aux alentours de 30 % par grands froids.

Sommairement durant l’hiver, une humidité relative de 30% doit idéalement être conservée dans l’habitation afin d’éviter à la fois des problèmes de santé ainsi que l’apparition de condensation sur les portes et fenêtres. À titre d’exemple avec un indice de condensation de 60 et une humidité relative de 30%, la température extérieure peut chuter jusqu’à -25°C. Cette température est bien en-dessous de la température moyenne du mois de janvier qui se situe à -13 °C, selon environnement Canada. Cependant lors de la période spontanée de très grands froids (sous la barre des -25°C), l’humidité relative doit être abaissée entre 20% et 25% afin d’éviter tout risque de condensation.

Recommandation afin de maintenir une humidité relative adéquate

Tel que mentionné ci haut, parmi les quatre facteurs qui influencent l’apparition du phénomène de condensation sur les fenêtres, le facteur dont l’occupant doit porter son attention est le contrôle de l’humidité relative. Pour se faire, il est possible de suivre l’humidité relative à l’aide d’un hydromètre que l’on peut facilement retrouver sur le marché et ce à bas coût. Il existe certaines habitudes de vie que nous pouvons adopter afin de réduire l’émission de vapeur d’eau dans l’air et par le fait même le degré d’humidité relative.

  • Assurer l’évacuation lors de la préparation des repas et lors des douches;
  • Diminuer la durée des douches lors de la période hivernale;
  • Réduire la présence de plantes et végétaux dans l’habitation;
  • Éviter l’entreposage de bois dans le sous-sol de l’habitation;
  • Éviter de fermer inutilement les stores ou rideaux;
  • Ne pas fermer inutilement les portes de certaines pièces afin de laisser une libre circulation de l’air;
  • Éviter de créer de grandes variations de température de l’air ambiant;

Il est également possible de réduire l’humidité relative du bâtiment en assurant l’optimisation de la mécanique du bâtiment. Voici quelque exemples simples et peu couteux qui permettront de contrôler l’environnement intérieur du bâtiment;

  • Installer une source de chaleur directement sous la fenestration;
  • Assurer une circulation de l’air adéquate près des fenêtres ainsi que dans les pièces plus refermées à l’aide d’un ventilateur plafonnier ou sur pied;
  • Installer un déshumidificateur afin de contrôler l’humidité relative;
  • Installer un échangeur d’air afin de permettre une meilleure ventilation et l’arrivée d’air frais;
  • Assurer que la sortie de la sécheuse soit bien installée et étanche afin de rejeter l’humidité à l’extérieur;

En somme, le phénomène de condensation est un problème saisonnier qui survient généralement lors de froid intense et peut être facilement contrôlé par l’occupant en respectant certaines habitudes de vie et en optimisant la mécanique du bâtiment.